conseils et bons plans

Vol annulé, retardé… Comment se faire indemniser ?

En tant que voyageuse, plus d’une fois j’ai connu la galère des imprévus liés aux vol ! Ces petites galères qui gâchent l’excitation des grands départs et la transforme en stress. C’est bien sûr le risque des vols low costs mais pas que ! Pourtant, peu le savent mais il est possible d’obtenir une indemnité en cas de problème lié à un vol, et ce depuis 2004. Je vous explique tout dans cet article.

L’indemnité

Le Conseil de l’Union Européenne et le Parlement Européen ont voté en 2004 un règlement qui vise à protéger les millions de voyageurs qui sont victimes, chaque année, de problèmes liés à leur vol. Parmi ces imprévus, on trouve l’annulation de vols, mais aussi le retard, et le surbooking. Pour ceux qui l’ignorent, le surbooking est une pratique qui consiste à vendre plus de billets qu’il n’y a de place dans l’avion, en se basant sur des statistiques d’empêchement de dernière minute. Cette pratique leur permet de maximiser leur chiffre d’affaires mais les oblige, lorsque tous les passagers se présentent à l’embarquement, à refuser l’entrée dans l’appareil à certains passagers.

Cette indemnité n’est pas encore suffisamment connue du grand public. C’est pourquoi il existe des sociétés qui aident les voyageurs à réclamer leur dû. Par exemple en cas de vol retardé avec Air France, elle peut aller jusqu’à 600 euros.

Les conditions

Cette indemnités est avant tout kilométrique. Des paliers sont appliqués en fonction de la distance séparant le départ de la destination.

  • Pour un vol de moins de 1500 km : 250€
  • Pour un vol compris entre 1500 km et 3500 km : 400€
  •  Pour un vol de 3500 km et plus : 600€

Attention, ce ne sont pas les seules restrictions en vigueur ! Le vol doit être soit au départ de l’UE (ou de la Suisse et Norvège, qui ont ratifié le règlement), soit à destination de l’un de ces pays mais sur un vol opéré par une compagnie européenne.

Les imprévus pris en compte dans cette indemnités sont :

  •  une annulation (et ce quel que soit le délai)
  • un retard de deux, trois ou quatre heure selon le palier – deux heures pour le plus petit palier, quatre pour les plus long courriers.
  • un refus de monter dans l’appareil. Ce qui arrive notamment en cas de surbooking comme expliqué plus haut
  • Une correspondance ratée qui serait du fait de la compagnie et qui entraîne un retard sur la destination finale.

Attention ! L’une de ces conditions, donc la compagnie n’est pas responsable (comme les conditions météorologiques par exemple) exemptent la compagnie de toute indemnisation.

Comment demander cette indemnité ?

Vous pouvez monter vous-même le dossier pour obtenir cette indemnité. Dans ce cas, il vous faudra conserver tous les justificatifs de frais engagés du fait de l’imprévu. Les demandes doivent être adressées non pas aux compagnies, mais aux organismes nationaux. Pour un vol au départ ou à destination de France, il s’agit de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile). Ne soyez pas surpris, le délai de traitement d’un dossier peut atteindre 6 à 8 mois en temps normal, et peut même se trouver rallonger ces derniers mois en raison du grand nombre de perturbations liées à la situation sanitaire.

Si, comme moi, vous attrapez des boutons à la simple évocation de démarches administratives et autres paperasses, sachez qu’il existe des sociétés qui proposent de s’occuper du dossier à votre place. Un conseiller personnel est alors dédié pour suivre le projet d’indemnisation pour vous. La contrepartie financière consiste en une rétribution de 30% du montant d’indemnisation perçu. Si le dossier n’aboutit pas et que vous ne percevez aucune indemnité, par de panique : les sociétés ne se rémunèrent pas sur ces dossiers.

Personnellement, j’ai eu recours à ce type de société après mon voyage à Marrakech et je n’ai pas été déçue !

commentaires

No Comments

    Laissez-nous un commentaire !

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.